L’intelligence du corps

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

 

Décider de s’initier au paddle un jour de grand vent,
C’est prendre le risque de se sentir
comme un Crusoé qui cherche à s’échapper de son île
(Seule contre les éléments
Le cœur vaillant et le cheveu
vociférant)
Sous l’œil incrédule des plagistes tranquilles.


Je m’émerveille de l’intelligence du corps
Et de comment il apprend, vite. Je n’ai pas à lui demander quoique ce soit.
C’est à moi de me laisser guider.
La première fois debout, les jambes sont prises d’un tremblement
Bien plus inquiétant que la vague.
La jambe n’y connaît rien, à tout ce qui se passe maintenant.
C’est la panique.
Et si ça ne tenait qu’à elle, on se rassoit gentiment
Après la première gamelle.

 

Mais déjà je sais, je sens.
C’est merveilleux, cette sensation de savoir qui s’allume à l’intérieur.
La prochaine fois je monte sur la planche comme on saute sur un muret, à dix ans :
Avec cette fierté, l’insouciante assurance que cette fois, je n’aurai pas le vertige.
Pas comme à trois ans. Maintenant c’est facile.

 

– Alors oui, les muscles fatigués et j’ai des bleus partout
Je suis tombée encore, quand un peu trop à l’aise
Je me mettais à rêvasser
et que j’en oubliais mes jambes. Rester ici. Connectée.

J’ai avalé du sel, une partie de moi se demande
« Mais comment tu me traites ? »
Mais l’autre lui répond : tais-toi, l’océan n’est pas
Aux pleurnichards –

Et c’est ainsi que le corps apprend, et nous renseigne le cœur et le cerveau.
Il suffit de l’écouter : dès qu’il sait, c’est oui. Un oui joyeux. Et l’instant d’après,
Je surfe comme un bateau solitaire, je pique mon regard dans un immeuble au loin,
Et la lumière jaune sur la houle agitée, j’ai compris maintenant le sens de la vague,

Et ce grand mouvement de salsa qu’il faut faire avec le bassin, au moment où elle passe en-dessous. Se laisser tomber, se laisser véritablement tomber pour se laisser

 

Rattraper.

 

 

Je suis debout sur l’eau
Tout est doré autour
La mer peut bien
S’agiter un peu,
J’aime qu’elle joue avec moi.

 

Fermer le menu